Abdelkebir Khatibi (Préface de Marocains de Daoud Aoulad-Syad, éditions contrejour/belvisi, 1989):

"Comme vision spectaculaire, le Maroc, ce pays même - à hauteur de l'Atlas chargé de culture antique- pivote autour des plaines et des déserts, et dirais-je, autour de la mer.

Cristal solaire où  le photographe marche, circule, se perd dans un dédale d'images, de plus en plus capté par l'aura de son appareil et celle, improbable, qui lui fait signe: devant, derrière, en face-à-face, aux quatre points cardinaux.

Armer, désarmer la force du regard: cette phrase j 'aimerais d'abord la laisser glisser, défiler en vitesse, comme lorsqu'on roule vite en voiture, on voit disparaître, au coin du rétroviseur, une procession intantanée de paysages et de scènes, sinon parfois, tout un pays.

Or chaque pays a plusieurs entrées et sorties plastiques, c'est-à-dire un ensemble de résistances, qu'il oppose au regard, mais aussi des lois d'hospitalité qu'il offre ou lui dissimule (...)"

Marocains